Appareil Photo

Publié le par anne & daniel

Appareil Photo

TEST / Pentax K-50, aventurier abordable

Le K-50 s'est arrondi et rentre dans le rang. Plus conventionnel, il abandonne un look qui permettait au K-30 de se démarquer, avec ses saillies et ses angles qui lui conféraient une certaine allure. Le traitement de surface évolue sensiblement : sur la version noire, le gainage est à peine visible et perceptible au toucher. Combiné à un plastique parfaitement lisse (fini les petits picots et aspérités au niveau du pouce), la sensation générale en main déçoit. Le K-50 est aussi policé et sage que son aîné jouait de son exubérance. La poignée très creusée compense un volume conséquent, directement dépendant du logement pile/batterie — au passage, merci à Pentax d'être le seul à proposer cette double compatibilité. Pour les plus petites mains, la molette de pouce est légèrement trop à gauche, tout comme le centre de gravité, ce qui impose un maniement à deux mains. La préhension est mitigée, avec la sensation d'un boîtier qui s'échappe vers l'avant.

Appareil Photo

Passée la partie esthétique, le K-50 n'évolue pas. Les touches de commandes sont au même nombre, au même endroit et appellent les mêmes fonctions. Sans fioriture, l'essentiel est là : accès direct à la sensibilité, à la balance des blancs, au LiveView et à la zone d'autofocus (via le bouton OK et sous réserve de quitter les modes de zone AF auto). Un clic sur la touche Info permet d'accéder aux paramètres de vue complémentaires (format de fichier, poids, stabilisation, stratégies de mise au point et d'exposition, personnalisation du rendu image, correction de l'objectif, etc.). Le deuxième clic permet de basculer de ce menu rapide à l'horizon virtuel (efficace mais automatiquement désactivé dès que le déclencheur est enfoncé à mi-course).

Comme à l'accoutumée, les possibilités de paramétrage sont foisonnantes, ceux qui auront du temps à y consacrer trouveront forcément leur bonheur. La présentation des menus, quoiqu'un peu vieillotte (ambiance 8 bits et police pixellisée), a le mérite d'être parfaitement lisible et bien hiérarchisé, regorgeant de fonctionnalités savoureuses : sur-impression, intervallomètre, le traceur GPS astronomique, l'ajustement de la fréquence d'affichage de l'écran, la détection de pixels morts, les stratégies de déclenchement/mise au point (lequel est prioritaire par rapport à l'autre) et de nombreuses bonnes surprises qui, une fois de plus, font plutôt penser à un boîtier très orienté utilisateur plutôt expert qu'amateur.

Tropicalisé, le K-50 ne redoutera pas les grosses averses ou les climats humides. Pour autant, n'oubliez pas qu'il n'est pas étanche, abstenez-vous de vous baigner avec (par exemple).

Tropicalisé, le K-50 ne redoutera pas les grosses averses ou les climats humides. Pour autant, n'oubliez pas qu'il n'est pas étanche, abstenez-vous de vous baigner avec (par exemple).

C'est peut-être dans cet état d'esprit que les ingénieurs ont jugé qu'un écran fixe était largement suffisant (comme l'a justifié Nikon pour le D7100). Il n'empêche qu'aujourd'hui, un écran inclinable/orientable est un vrai plus photographique et créatif. Ce qui n'est pas forcément le cas du tactile mais nombreux sont les reflex et COI qui prouvent que, bien pensé et intégré, il améliore considérablement la complicité photographe/appareil. Pendant la prise de vue pure et dure, le beau viseur 100% régale et rappelle que, oui, quand même, un reflex optique à une époque très numérique, c'est quand même chouette. Et tant pis si le dégagement oculaire aurait gagné en confort avec 5mm de plus, le plaisir est là. Et tant pis, aussi, si l'objectif manque de luminosité, c'est le prix à payer pour une tropicalisation totale. Néanmoins, ces efforts sont gâchés par un autofocus à la motorisation très bruyante, qui rappelle le crissement d'un chariot élévateur, doublé d'une stabilisation aux vibrations nettement perceptibles.

Source : test complet les numériques.com

http://www.lesnumeriques.com/appareil-photo-numerique/pentax-k-50-p16456/test.html

Pour nous ce qui a fait pencher la balance c'est surtout le boitier tropicalisé car nous comptons bien voyager en Amazonie, Brésil, Pérou... je pense que cette option était un quasi indispensable.

Nous aurons l'occasion de faire des retours sur notre utilisation de ce joli joujou.

Publié dans Achat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article