Cacao partie 1 -

Publié le par anne & daniel

Cacao partie 1 -

Cacao est un village de la commune française de Roura .

Cacao est un des premiers fournisseurs de produits maraîchers du département.

Le site de Cacao fut tout d'abord occupé par une plantation dite « habitation de Sainte-Marie des cacaos » qui fut fractionnée par la suite. L'administration pénitentiaire s'y installa (bagne de sainte Marie)  puis racheta l'habitation voisine "Eléonore" qui appartenait à M. Power et y installa le bagne de Saint-Augustin en 1854. Mais face à de nombreuses épidémies(fièvre jaune), il fut abandonné dès 1859.

En 1977 il a été mis à la disposition d'une communauté d'agriculteurs hmong, originaires du Laos et réfugiés en Thaïlande. Grâce à leur ténacité, ces derniers feront de Cacao le premier fournisseur de produits maraîchers en Guyane ainsi qu'un grand site touristique.

Marché traditionnelMarché traditionnel
Marché traditionnel

Marché traditionnel

Daniel aime beaucoup venir à Cacao car il aime bien y manger la soupe traditionnelle thaïlandaise.

Aujourd'hui, tandis que la belle coopération des origines se délite auprès des jeunes générations, plus attirées par la société de consommation que par le travail agricole (phénomène qui a conduit à la fermeture de la coopérative agricole des origines), les Hmong produisent l'essentiel des fruits et légumes locaux vendus sur les marchés et dans les supermarchés de Guyane (20 à 30 t/semaine pour les seuls marchés de Cayenne, Saint-Laurent du Maroni et Kourou).

Ce résultat est obtenu notamment grâce à une déforestation plus ou moins anarchique, et à l'emploi en grande quantité de traitements chimiques divers (parfois des substances interdites achetées au Surinam nous y reviendrons plus longtemps dans un autre billet car c'est vraiment alarmant.

Des problèmes congénitaux liés à la contamination par les produits chimiques employés commencent à apparaître (des myriades d'insectes s'abattent sur les cultures des Hmong qui doivent utiliser des flots d'insecticide pour les tenir en respect) ; cela aboutira peut-être à une prise de conscience et à des changements de comportements. L'emploi de la main-d'œuvre clandestine brésilienne payée à 20€/jour pour le travail dans les champs a également conduit à attirer des populations défavorisées à proximité du village de Cacao, ce qui explique en partie l'explosion des actes de délinquance dans ce secteur (braquages des Hmong régulièrement relatés dans le journal local France-Guyane).

Par ailleurs, le manque de coordination entre les exploitants agricoles a mené à la culture des mêmes fruits et légumes par tout le monde (citrons, ramboutans), ce qui amène à une surproduction et à un effondrement des prix .

Le marché
Le marché
Le marché

Le marché

Cacao partie 1 -Cacao partie 1 -
Cacao partie 1 -Cacao partie 1 -

on vous présente l'artisanat Hmong, on y retrouve beaucoup de broderies diverses et très colorées le tout fait main s'il vous plait.

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir car les broderies sont vraiment très jolies.

ArtisanatArtisanat
ArtisanatArtisanat

Artisanat

Commenter cet article