Greve 2017

Publié le par anne & daniel

Greve 2017

La grève a commencé doucement le 23 mars avec l'arrivée de 500 frères et la fermeture des centres commerciaux dans toute la Guyane.

Je ne sais pas si je vous avez dit mais je travaille dans un des principaux centre commercial de Guyane, à Rémire Montjoly donc j'ai pu vivre pas mal de choses en direct.

Samedi 25 mars a été voté la grève générale, avec blocages des accès principaux, annulation de tous les vols, blocage du port bref la Guyane devient une île sans possibilité de réapprovisionnement.

Pourquoi cette grève ?

Globalement la grève dénonce les problèmes du territoire en matière de santé, d'éducation, d'économie, de sécurité, d'accès au foncier ou de logement.

Soutenus par la classe politique locale, des groupes très disparates nés en quelques jours conjuguent désormais leurs forces sous la bannière du « collectif pou la Gwiyann Dekolé » (« pour que la Guyane décolle », en créole guyanais). Regroupant pêle-mêle des salariés d’EDF, des collectifs contre l’insécurité, un collectif dénonçant l’insuffisance de l’offre de soins et les retards structurels en matière de santé, ou encore des socioprofessionnels et des transporteurs, le mouvement de protestation a notamment monté des barrages obstruant depuis jeudi une dizaine de ronds-points stratégiques du littoral guyanais, bloquant notamment l’entrée de Cayenne.

Blocages routiersBlocages routiers
Blocages routiersBlocages routiers

Blocages routiers

Il y a eu une manifestation gigantesque ave toutes les ethnies que comportent la Guyane et là ou je salue cette manifestation il n'y a eu AUCUN débordements c'etait juste magnifique j'en ai eu des frissons

Greve 2017Greve 2017Greve 2017

Après un mois de mobilisation, de grève générale et de barrages routiers dans tout le pays, la Guyane respire de nouveau. Vendredi soir, le mouvement social s'est éteint avec la signature d'un accord entre l'État, les élus et le collectif Pou la Gwiyann Dékolé.

2,1 milliards d'euros supplémentaires, mais un calendrier incertain

Un "Accord de Guyane" où la demande de 2,1 milliards d'euros supplémentaires a été actée par le gouvernement français. Concernant cette somme, qui s'ajoutera au plan d'urgence d'un peu plus d'un milliard d'euros validé début avril, l'État a pris l'engagement de réaliser un "examen prioritaire" sur le déblocage des fonds, mais sans calendrier précis.

A Cayenne, le porte-parole du collectif, Davy Rimane, s'est félicité de l'accord. "On a réussi à ce que le protocole paraisse au journal officiel. Maintenant on pourra travailler avec ce document et aller en justice si on n'est pas satisfaits", a-t-il expliqué.

Pour permettre à ce territoire d'Outre-Mer d'Amérique du Sud de rattraper son retard sur la France métropolitaine, le collectif réclamait notamment des mesures pour renforcer les moyens de lutte contre l'insécurité, désenclaver les communes dont certaines n'ont toujours ni eau ni électricité, mieux reconnaître les peuples autochtones, améliorer les services de santé défaillants et le système scolaire inadapté à une démographie galopante.

Mais alors que les barrages avaient commencé à être démontés vendredi matin à Cayenne et dans sa périphérie, à la veille de l'élection présidentielle prévue samedi en Guyane, à Kourou le giratoire à l'entrée du centre spatial guyanais est resté bloqué jusqu'à samedicpar des militants réclamant "un courrier de la ministre de la Santé" pour acter par écrit "le passage en secteur public du Centre médico-chirurgical de Kourou".

 

Greve 2017

Si je devais donner mon avis le moment était très mal choisi à quelques semaines des élections, je pense que nous nous sommes tirés une balle dans le pied car un grand nombre de petites sociétés  ont dû mettre la clé sous la porte.

Mais il était nécessaire que le reste du monde voir déjà la France métropolitaine prenne conscience que la Guyane existe et qu'il y a des disparités énorme et que ce n'est pas normal mais qu'il faudra des personnes compétentes pour gérer cet argent et stopper la corruption.

a mon sens la Marianne de la Guyane

a mon sens la Marianne de la Guyane

Commenter cet article