Bresil - Oiapoque - Partie 1

Publié le par anne & daniel

Bresil - Oiapoque - Partie 1

Depuis l'ouverture du pont entre a Guyane et le Bresil on s'était rendu 2 fois du côté Brésil.

Après toutes ces années d'attente il était vraiment temps qu'il ouvre ce pont.

La première fois on a pas eu de chance le pont fermait à 12H sachant qu'il y a 3 heures de route depuis Cayenne en plus je trouve cette route ennuyeuse au possible on à l'impression de toujours être au même endroit la seule distraction ceux sont les gendarmes à Régina pour un contôle d'identité

Le fameux pont qui a mit 6 ans a ouvrir depuis la fin de la constructionLe fameux pont qui a mit 6 ans a ouvrir depuis la fin de la construction
Le fameux pont qui a mit 6 ans a ouvrir depuis la fin de la construction

Le fameux pont qui a mit 6 ans a ouvrir depuis la fin de la construction

Les premiers habitants de la région sont des ancêtres des peuples Wayampi, qui occupaient l'étendue territoriale du rio oiapoque, des Kali'na et des Palikurs, concentrés dans la vallée du rio Uaca et de ses affluents. Le mot Oiapoque est d'origine tupi-guarani, dérivé de « oiap-oca », signifiant « Maison des Wayãmpi ».

Durant la période coloniale, le territoire de l'actuelle Oiapoque faisait partie de la Capitainerie du Cabo Norte. Au début du XVI Siècle, les Portugais d'Amérique menaient des luttes contre les autres Européens pour établir leur contrôle sur la région comprise entre le rio Oiapoque - à l'époque connu sous le nom de Vicente Pinzón -, au nord, et le Rio Amazonas, au sud, pour étendre leur empire colonial.

La municipalité d'Oiapoque tire son origine de l'installation, à une date indéterminée, d'un métis du nom d'Émile Martinique, premier habitant non-indigène du lieu. On sait que la localité s'appelait alors "Martinique" (Martinica), et, de nos jours encore, il n'est pas rare d'entendre cette désignation, notamment de la part des habitants les plus vieux. Peu après, elle a aussi porté le nom de Vila do Espírito Santo. En 1907, le Gouvernement fédéral créa le 1er Détachement militaire de la commune, qui servait pour la rétention des prisonniers politiques. Quelques années après, ce détachement fut transféré à Santo Antônio - actuel district de Clevelândia do Norte - avec la dénomination de Colonie Militaire. Pour marquer la souveraineté nationale brésilienne sur les régions limitrophes du pays face au Contesté franco-brésilien d'Amapá résolu en 1901, un Monument à la Patrie fut érigé pour marquer le commencement du territoire brésilien.

La seule station service après roura prenez vos précautions

La seule station service après roura prenez vos précautions

Quand nous sommes arrivés à Oiapoque tu es surpris de voir toutes ses couleurs mais srtout aucun panneaux et moi qui suis une vraie catastrophe pour me repérer j'ai vraiment eu peur que nous nous perdions.

Après une ville frontière reste une ville frontière en gros y'a rien mais ça fait classe de dire tient je suis partie en week-end au Brésil :)

 

Départ en Pirogue
Départ en Pirogue
Départ en Pirogue

Départ en Pirogue

Le voyage en pirogue a été ce que j'ai préféré, pour 5 € par personnes tu traverses le fleuve environ 15 minutes (Vicenzo n'a pas payé), nous avons opté pour Zito N° 21 pour le "voyage" en pirogue il était très agréable car il faut savoir que quand tu poses un pied à terre à St Georges tu es harcelé par les passeurs

Bresil - Oiapoque - Partie 1Bresil - Oiapoque - Partie 1
Bresil - Oiapoque - Partie 1

Publié dans bresil, Amérique du sud

Commenter cet article